Parc National de Marojejy
English   |   Introduction   |   Paysage   |   Biodiversité   |   Les Gens   |   Menaces   |   Visite   |   Contact   |   Cartes/Photos   |   Liens
Rechercher dans marojejy.com

fourni par FreeFind

Propithèque Soyeux
Propithèque Soyeux (Simpona Fotsy)
photo : © Philippe Barazer



La Biodiversité

Les forêts de Marojejy abritent une faune et une flore exceptionnelles par leur diversité et leurs niveaux d’endémisme local. Quatre-vingt-dix pour cent du parc est couvert de forêts ; ces forêts sont extrêmement variées et inégalement réparties, avec beaucoup d’habitats différents. De nombreux facteurs influencent les répartitions et les structures de ces forêts, mais les plus importants sont l’altitude et la topographie.

L’altitude influence la température de l’air, ses fluctuations diurnes, et le niveau d’humidité, et toutes ces variantes influencent la croissance et le développement des plantes. Par conséquent, la végétation montre différents aspects selon l’altitude. A Marojejy, il y a quatre types fondamentaux de forêt :

Forêt dense humide sempervirente de basse altitude (moins de 800 m) : A l’abri des forts vents, stimulés par des températures et une pluviométrie constante, les forêts sont denses avec de grands arbres et beaucoup de palmiers, de fougères, et d’épiphytes. La canopée est fermée à 25–30 m de hauteur. Dans les endroits perturbés par le tavy, les forêts secondaires sont constituées principalement de bambous, de longozes (gingembres sauvages), et de ravenalas (arbres du voyageur).

 

Epiphytes
Epiphytes, forêt dense humide sempervirente
de basse altitude


Forêt dense humide de montagne (800–1400 m) : Dans cette forêt de montagne, où le sol et ses nutriments sont entraînés par le vent et l’eau de pluie, les arbres et les arbustes sont plus petits : la canopée est fermée à 18–25 m de hauteur. Ici, les héliophiles et les épiphytes y poussent, et l’humidité élevée favorise la présence de mousses et de fougères sur les branches et les troncs d’arbres.

Forêt dense sclérophylle de haute montagne (1400–1800 m) : La température plus basse défavorise le développement de la forêt, et la canopée n’est située qu’à 10 m de hauteur. Les vents de l’est enveloppent la forêt dans les nuages. Les arbres ont un aspect rabougri, leurs branches et leurs troncs sont couverts de mousses et de lichens.

Fourré montagnard (plus de 1800 m) : Le toit de la montagne est couvert par un fourré montagnard composé de bruyères et autres plantes de la famille des Ericacées. On y trouve ainsi les palmiers, les bambous miniatures et les orchidées terrestres. Ce fourré fait tout l’intérêt du Marojejy puisqu’il n’a jamais été détruit par le feu, contrairement aux autres massifs malgaches atteignant cette altitude. Il en est le dernier vestige.

Le relief très découpé de Marojejy donne naissance aussi à beaucoup plus d’habitats. Les versants orientaux reçoivent des orages en saison chaude, et la végétation supérieure profite de l’humidité plus importante et plus constante tout au long de l’année. Sur les versants occidentaux, on note une période de sécheresse plus marquée qui limite la croissance des arbres et autres espèces. Et sur les crêtes, les sols moins profond et les vents forts limitent encore la croissance des plantes.

Ainsi, les habitats forestiers abondants de Marojejy abritent une grande diversité de vie souvent originale. Ce fait est confirmé par des inventaires de certains groupes des animaux et des plantes mieux connus. Par exemple :

• Plus d’espèces d’oiseaux forestières sont trouvées à Marojejy que dans tous les autres endroits montagneux à Madagascar. Cent dix-huit espèces d’oiseaux ont été recensées dans ou en périphérie du parc, dont 75 sont forestières (dépendantes de la forêt pour une partie de leur vie). Chacune de ces 75 espèces est endémique à la région de Madagascar. [Liste des oiseaux (fichier pdf)] [Brochure des oiseaux (fichier pdf)]

Uroplatus
Uroplatus fimbriatus
photo : Bruno Lee Sio Tsion

• Onze espèces de lémuriens ont été enregistrées jusqu’à présent à Marojejy. Quelques-unes sont menacées, pour la plupart à cause de la perte de leur habitat forestier. Une des plus gravement menacées est le Propithèque Soyeux (dit Simpona), un des membres de la famille des indris. Ce beau lémurien, avec une fourrure très blanche et soyeuse, est connu seulement dans les forêts de cette région. [Brochure des lemuriens (fichier pdf)] [Fiche d'information sur le simpona (fichier pdf)]

• Cent quarante-neuf espèces de reptiles et d’amphibiens ont été enregistrées jusqu’à présent à Marojejy. Cela représente plus d’un quart de toutes les espèces qui sont actuellement connues à Madagascar ; c’est la plus grande diversité de reptiles et d’amphibiens connue de toutes les aires protégées à Madagascar. Seize de ces espèces sont endémiques à Marojejy. [Brochure des reptiles et des amphibiens (fichier pdf)]

• Trente-cinq espèces de palmiers sont trouvées dans ou en périphérie de Marojejy. Toutes sauf trois de ces palmiers sont endémiques à Madagascar, et sept sont endémiques à Marojejy. Plusieurs de ces espèces sont classées comme menacées à cause de leurs distributions très limitées et de leurs populations extrêmement faibles. [Brochure des palmiers (fichier pdf)]

• Les fougères : un des groupes les plus remarquables des forêts de Marojejy : plus de 275 espèces sont présentes sur les versants du massif, dont au moins 18 espèces arborescentes. Plusieurs espèces sont nouvelles pour la science, elles sont aussi rares ou présentent une aire de répartition restreinte.

Cette liste ne donne qu’une petite idée de la grande richesse de vie dans les forêts de Marojejy. Il y a beaucoup d’autres groupes qui n’ont pas encore été étudiés en détail et laissent prévoir des découvertes passionnantes : les orchidées, les bambous, les impatiens, et tous les insectes en général. Il reste encore beaucoup à apprendre à propos de la remarquable biodiversité présente dans ce massif.


 HAUT DE LA PAGE